Le Pro du Mois

Norbert CROZIER - Directeur de la Mission Louvre-Lens Tourisme

Nord Tourisme (NT)  : Norbert, pouvez-vous, en quelques lignes, dresser votre portrait, votre mission actuelle et nous faire part de votre parcours ?
Après un DESS tourisme et une formation à HEC Paris, je me suis orienté vers la direction de projets touristiques et le développement territorial au sein de collectivités comme le Conseil Régional Rhône-Alpes ou en qualité de consultant indépendant.
 
Mon expérience autour du grand projet régional  "St Etienne Métropole Design" et son volet tourisme culturel m’a amené naturellement à candidater pour participer à l’aventure touristique du Louvre-Lens et l’inscription au patrimoine mondial du bassin minier. J’ai pris les rênes de la Mission Louvre-Lens Tourisme au sein de l’ADRT Pas-de-Calais en décembre 2010 avec un seul objectif : « créer une destination touristique internationale ». La Mission Louvre-Lens Tourisme bénéficie d’un soutien financier du département du Pas-de-Calais, de la DIRECCTE mais aussi des collectivités, des offices de tourisme et de l’Europe à travers un plan d’actions.
 
 
NT : 2015 marquera certainement des étapes importantes pour la destination « ALL ». Pouvez-vous nous en dire plus sur l’émergence de cette destination en construction.
La Mission Louvre-Lens Tourisme est à la genèse de la création de la marque internationale ALL (Autour du Louvre-Lens) qui traduit un imaginaire touristique. Avec nos partenaires nous œuvrons à la mise en destination et en récit de cet ancien territoire minier et industriel.
 
Unique par son ADN, la destination ALL est en capacité, à moyen terme et sous réserve de certains investissements, de se positionner à l’international au même titre que Bilbao, Manchester, Liverpool, la Ruhr… des destinations post-industrielles, avant-gardistes très prisées aujourd’hui par les touristes « explorateurs » à la recherche d’expériences, d’authenticité et de nouveaux espaces.
 
2015 sera une année tournée vers  la diffusion-promotion de la marque ALL ; avec  l’appui des A.D.R.T.(s) et du C.R.T. une offensive marketing nationale et internationale sera menée sur certains marchés cibles.
L’expérience du « chèque design » comme soutien au positionnement des HCR sera au rendez-vous. Enfin, former la chaîne de valeur, les cercles d’accueil et construire l’offre expérientielle seront une priorité en 2015-2016.
 
NT : Qu’attendez-vous en termes d’accompagnement et d’initiatives partenariales de la part des institutionnels du tourisme, O.T. du territoire et, A.D.R.Ts, C.R.T. ou C.C.I. comme B.M.U. ?
Seul, le musée du Louvre-Lens ne fait pas la destination, aussi les organismes en charge de la promotion et du développement sont essentiels à la réussite du projet. La création d’une nouvelle destination nécessite une approche à 360 degrés avec toutes les expertises publiques et para-publiques.
 
Avec le soutien de la DIRECCTE,  la Mission Louvre-Lens Tourisme a répondu à l’appel d’offre «  Contrat de destination touristique » lancé par le Ministre des affaires étrangères. Ces contrats permettent de fédérer tous les acteurs autour d’une même marque de territoire, forte et lisible sur le plan international. Grâce à la mise en commun de moyens humains et financiers, ils permettent des économies d’échelle et une promotion efficace des destinations françaises dans le monde. Avec le secteur privé, l’ensemble des institutionnels et des organismes sont partenaires du projet de contrat de destination « Autour du Louvre-Lens ».
 
NT : Quels sont vos dernières réalisations et vos projets?
Avec les offices de tourisme et l’appui de Pas-de-Calais Tourisme, nous avons pu réaliser un plan  de communication et de promotion qui valorise  les  offres tout en  véhiculant une image contemporaine des territoires. Concrètement cela  se traduit, dans le cadre d’une stratégie digitale, par la sortie du site internet www.autoursulouvrelens.com, d’un clip fondé sur les valeurs dernièrement récompensé au « golden city gate  festival » de Berlin, d’un petit journal de la destination et d’un guichet d’information au sein du Louvre-Lens.
 
C’est également la réalisation d’une gamme de produits dérivés «  made in ALL » pour répondre à la fonction « shopping-souvenirs » et véhiculer une image positive (packaging contemporain, circuit court, qualité des produits..) de la destination.
 
Très vite je souhaite installer un comité d’investissement pour répondre aux besoins des porteurs de projets et participer à l’accompagnement au changement des entreprises. Pour conforter l’offre touristique nous travaillons également à l’écriture d’un scénario pour la conception-production d’un grand événementiel, enfin et sur le volet hébergement c’est le lancement de prototypes intelligents et créatifs.
 
NT : Après les Assises Nationales du Tourisme en 2014, un Ministre engagé sur le Tourisme, des réformes en cours qui vont modifier le paysage institutionnel (Lois MAPAM, NOTRe, création des Grandes Régions) qu’elle est votre impression, votre réflexion sur le développement touristique à venir globalement et plus particulièrement pour la destination Nord-Pas de Calais ?
Les derniers textes d’orientation de la  loi semblent reconnaître les compétences des différents organismes qui œuvrent déjà en complémentarité sur de nombreux sujets.

A l’international, les offres touristiques se développent autour de marques à forte notoriété et de filières identifiées. Ces offres chevauchent parfois les limites et les cadres  institutionnels. Il s’agira de rassembler nos forces autour de grandes destinations départementales et régionales.
 
Un catalogue de destinations se dégage à l’échelle régionale ; le littoral avec la  Côte d’Opale, un tourisme urbain avec la Métropole Européenne de Lille, ALL pour le Bassin minier–Artois. Avec la future grande région le catalogue s’enrichit de sites majeurs (Amiens, la Baie de Somme et le 3ème parc d’attraction Français avec Asterix) ; cet élargissement place aussi des thématiques dans une continuité géographique : le tourisme vert avec « Vallées et Marais », le tourisme de mémoire, la destination littoral… Quoi qu’il en soit chacun peut garder son identité dans une logique de cohésion de marques, l’enjeu étant de répondre aux besoins des touristes. Reste à écrire une stratégie opérationnelle à cette échelle de la grande région.
 
 
NT : Avez-vous une anecdote récente pour clore cet entretien ?
Pas forcément une anecdote mais un constat sur l’image du bassin minier qui change. On reproche souvent au territoire sa modestie, de grandes histoires difficiles et ses valeurs qui seraient désuètes ; bien au contraire ce sont des éléments, qui une fois retravaillés, sont très contemporains, romantiques et s’inscrivent dans les tendances de consommation culturelle et touristique

L’exemple de cette marque internationale de prêt-à-porter haut de gamme Japonaise qui a choisi comme nom « Pas-de-Calais », le New York time qui classe la destination « 26ème place to go », l’ouverture prochaine d’une résidence d’artistes par François Pinault et l’arrivée de nouveaux investisseurs sont autant de signaux qui rendent crédible notre ambition touristique.


Écrire commentaire

Commentaires : 0