Le(s) Pro(s) du mois

Roger DUPONT, directeur du Service Espaces Verts à Grande-Synthe et Emmanuel LONCLE, responsable du fleurissement à Boubers-sur-Canche, communes primées Fleur d’Or 2015.

Nord-Pas de Calais Tourisme (NPDCT) : Roger, Emmanuel, avant de commencer, félicitations à vos deux communes pour l’obtention du trophée Fleur d’Or*. Il est rare que deux trophées soient décernés à la même région la même année !
Pouvez-vous tout d’abord en quelques lignes présenter votre parcours et fonctions ?


Roger Dupont (RD) : De la direction du service  EPN (Espaces Publics  et Nature) à la direction des services techniques tel fut mon parcours  professionnel durant ces trente-huit ans au service de la même collectivité. De formation ingénieur en agriculture de l’ISA (Institut Supérieur de l’Agriculture de Lille), désigné meilleur jardinier de France en  2000 lors  du passage  du Jury européen, la sensibilité  verte m’aura accompagnée durant toute ma carrière.

 

Emmanuel Loncle (EL) : Après avoir obtenu une maîtrise en biologie, écologie et environnement, j’ai travaillé quelques mois à l’Office National des Forêts, puis sur la réserve Nationale du Lac du Der avec l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage de Bar-le-Duc. En 1997, pour des raisons familiales, je reviens dans le Pas-de-Calais et intègre la Mairie de Boubers-sur-Canche avec la charge de mettre en valeur les espaces naturels et en plus la responsabilité du fleurissement. Ce dernier volet était presque une découverte pour moi. Je me suis alors inscrit à toutes les réunions de formation et d’information et j’ai eu la chance de rencontrer des personnes importantes dans ma carrière. En premier, Nicolas et Jean-Lou HENNEBELLE, responsables de la pépinière de Boubers qui m’ont communiqué leur passion pour les plantes, puis Jean-Claude VANCELST et Thierry CARLIER, tous deux professionnels et membres du Jury régional qui m’ont donné un grand nombre de conseils pour progresser et faire progresser le fleurissement de la commune.

 

NPDCT : Le Jury national  suite à son passage cet été a confirmé le label 4 Fleurs pour vos communes mais vous a surtout décerné « le Trophée Fleur d’Or ». Que représente cette distinction pour vous ?
RD : C’est une  reconnaissance  du travail mené par l’ensemble  des services  et notamment du service EPN (espaces publics et nature ) depuis de longues années en matière d’amélioration de l’environnement et du cadre de vie  des habitants.
EL : Cette distinction vient récompenser le travail d’une équipe soudée composée d’élus, d’agents, de commerçants, d’artisans et surtout d’habitants bénévoles. Ensemble nous avons su relever le défi de la labellisation « 4 fleurs », et dépasser les exigences requises pour ce niveau. Cette « Fleur d’Or 2015 » est également un hommage à nos prédécesseurs qui ont œuvré pendant 56 ans pour améliorer le cadre de vie de la commune. Boubers-sur-Canche est en effet inscrit dans le concours depuis 1959.
 
NPDCT : Qu’apporte la labellisation 4 Fleurs à vos communes ? (ex. : attractivité touristique, cohésion sociale…)
RD : Reconnue  comme ville pilote  en matière d’environnement, capitale nationale de la biodiversité en 2010 et maintenant déclarée  ville en transition, la ville de  Grande Synthe  voit par cette  labellisation  une  notoriété qui encourage  de nombreux professionnels à venir visiter  la ville  et apporte fierté  à ses habitants.
EL : la labellisation « 4 fleurs » témoigne d’une cohérence entre la volonté politique et l’investissement personnel de chacun pour l’amélioration de notre cadre de vie.
Le panonceau jaune installé à l’entrée de nos communes est bien connu des français mais aussi des touristes étrangers. Il est le garant de critères de qualité en faveur de l’environnement, du fleurissement ou encore de l’accueil et de l’attractivité touristique.
S’il est difficile de quantifier les retombées financières pour la mairie, il est certain que nos commerçants et artisans profitent du passage de ces touristes. Le label « 4 fleurs » est aussi un facteur déclenchant quant au choix d’une résidence principale.

NPDCT : Vous donnez tous les deux de votre temps en tant que membres du Jury régional de fleurissement. Quels bénéfices en retirez-vous à titre professionnel ou personnel ?
RD : Confronté à ce qui se fait de mieux en matière de fleurissement au niveau régional permet de voir  les progrès réalisés par les communes, leur adaptation à la nouvelle grille d’évaluation et donc  de  s’enrichir  de nouvelles expériences au profit de sa propre collectivité. La confrontation d’idées et d’appréciations avec les autres membres du Jury sont également très enrichissantes professionnellement.
EL : La tournée annuelle du Jury régional est une occasion unique d’aller à la rencontre d’un grand nombre de professionnels. Chacun d'entre eux nous expose ses réalisations en nous précisant ses contraintes et obligations. Il s’établit alors un parallèle entre la situation que nous observons et les actions que nous avons menées dans notre collectivité. La tournée peut être assimilée à un grand « laboratoire » qui nous expose les diverses mesures engagées pour répondre à une problématique parfois commune.
Cette tournée, c’est également, pour moi, un moment pendant lequel je fais ma propre évaluation. Je compare mon travail à toutes les réalisations que j’observe et je peux ainsi me remettre en cause tous les ans.
 
NPDCT : Quels conseils pourriez-vous donner aux communes pour les inciter à s’inscrire dans la démarche de labellisation et surtout progresser ?
RD : Tout d ‘abord aller voir  ailleurs  ce qui se  fait de mieux dans  les spécialités ou l’on veut progresser, bien appréhender la nouvelle  grille  d’évaluation, faire un état de ses forces et  faiblesses,  mettre en place des  objectifs de progrès et ensuite un plan d’actions    pour  pouvoir  les atteindre .
La labellisation permet de valoriser  le travail du  jardinier  et de la  politique  environnementale mise  en  place par les élus.
EL : Les jurés disposent aujourd’hui d’un formidable outil de travail : la grille d’évaluation.
Elle est accessible à tous et permet d’évoluer dans le classement du concours. Cette grille, très détaillée, couvre un grand nombre de paramètres indispensables pour garantir, entre-autre, un bon niveau de qualité de vie et d’accueil tout en respectant notre environnement. En s’inscrivant dans la démarche de labellisation, les communes pourront se positionner précisément, orienter leurs efforts sur les problèmes mis en évidence et bénéficier de conseils de professionnels. La labellisation doit être considérée comme l’un des piliers de l’activité économique d’une commune. Elle invite un grand nombre de touristes à se déplacer et à participer à la sauvegarde des commerces locaux. Elle peut également inciter à l’installation définitive d’une famille, un impact d’autant plus sensible que la commune est petite.
 
NPDCT : Pour finir, avez-vous une anecdote à nous faire partager?
EL : le 11 août 2015, la commune de Boubers-sur-Canche est prête à accueillir le Jury national avec à sa tête Monsieur RONCIERE, Président du CNVVF en personne. Très tôt le matin les équipes tournent dans la commune pour vérifier que tout est en ordre. En mairie, répétition avec Monsieur le Maire de l’exposé qui allait être effectué. Pour minimiser les risques de panne nous avions prévu 2 vidéo projecteurs et 2 ordinateurs. La météo étant incertaine, nous avions prévu 2 circuits de visite en fonction des conditions climatiques. Le stress était présent mais nous avions l’impression de tout maitriser. Une heure et demie avant l’arrivée programmée du Jury chacun est chez soi pour se changer. Je suis alors sous ma douche lorsque ma femme frappe à la porte et m’annonce que le Jury est arrivé….
Une erreur s’était glissée dans les horaires de train qui nous avaient été communiqués. Lorsque je suis arrivé à la mairie, le Jury était dispersé sur la commune et Monsieur le Président discutait avec des habitants.
Un coup de stress supplémentaire, récompensé par l’obtention de « la Fleur d’Or ».
 
 
* Le Jury national a seul autorité pour accorder chaque année le Trophée « Fleur d’Or ».
Ce Trophée millésimé est valable un an. La Fleur d’Or pourra être attribuée chaque année à neuf communes au maximum, choisies parmi les communes classées « quatre fleurs ».
Cette distinction ne peut être attribuée à une commune qu’une seule fois pendant une période de six ans.
 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Jean François LOOTS (vendredi, 18 décembre 2015 16:58)

    La grande classe pour ces deux communes mais surtout pour ces deux personnages hors normes dans leur profession. Plus particulièrement Roger DUPONT qui arrive en fin de carrière avec ces résultats dont il est quasiment à l'origine ayant même entrainé les communes voisines dans sa conquête de la protection de la biodiversité.

    Bravo.