Le Pro du mois

Patrice Deparpe, directeur du Musée Départemental Matisse au Cateau-Cambrésis

Nord-Pas de Calais Tourisme (NPDC T) : Patrice DEPARPE, vous êtes depuis 2014 le directeur du Musée Départemental Matisse au Cateau-Cambrésis. Le musée a été récemment sous les feux des projecteurs grâce au classement national publié par le Journal des Arts : « 1er musée de France situé dans une communauté de communes ». C’est un beau succès et sûrement une grande fierté.

Patrice Deparpe (PD) : Ce résultat est d’abord une récompense pour toute l’équipe du musée, très professionnelle, qui a très largement participé aux progrès du musée et donc à sa reconnaissance. C’est aussi une fierté pour les différents élus du Département qui ont depuis de nombreuses années investi la culture à travers les musées départementaux. Le palmarès du Journal des Arts en ait un symbole très parlant puisque le Musée Départemental de Flandre à Cassel obtient la 5ème place et le Forum antique de Bavay la 20ème. Nul doute que le futur Musverre de Sars-Poteries trouvera vite sa place dans ce classement ! C’est une fierté aussi d’observer les critères qui ont permis ce beau résultat : la qualité des expositions, la dimension scientifique de notre travail autour de Matisse, l’enrichissement des collections notamment par les dons de la famille Matisse et les relations nouées à l’étranger. Nous avons en effet développé des collaborations avec la Tate Gallery à Londres, avec le MoMA de New York et le Stedelijk Museum à Amsterdam. L’exposition sur les papiers découpés a reçu une véritable consécration scientifique et les conservateurs de ces trois musées sont venus en visite au Cateau. Leurs catalogues ont souligné notre contribution à la connaissance du processus de travail d’Henri Matisse dans les papiers découpés. Le Wall Street Journal du 25 mai y a même consacré une page entière.

NPDC T : Cette médiatisation va vraisemblablement avoir un impact sur la fréquentation du Musée. Comment voyez-vous les retombées touristiques sur le territoire du Cambrésis et au-delà de la région toute entière ?

PD : Une des particularités du musée Matisse est de recevoir 20% de visiteurs étrangers(*). L’artiste attire des touristes du monde entier, de Corée, d’Amérique, du Japon…Une étude récente montre que 460 emplois directs et indirects sont dus au musée rien que sur la commune du Cateau-Cambrésis. Le musée est ancré dans l’économie touristique du territoire depuis longtemps. Les liens entre les différentes offres touristiques, culturelles – musées, patrimoine, mémoire – ou nature sont évidentes. Nous sommes acteurs du développement touristique du Cambrésis, membre du Conseil d’administration de l’office de tourisme. Le tourisme est dans notre ADN. Impliqués depuis longtemps dans les démarches qualité – Qualité Tourisme, labels Tourisme et Handicap – nous travaillons actuellement sur les accès alternatifs, comme le covoiturage au départ de la métropole lilloise. Acteur du développement territorial, nous bénéficions aussi de la reconnaissance du monde économique, qui a accueilli le musée comme membre d’honneur des Entrepreneurs du Cambrésis.

NPDC T : Le rayonnement du Musée Matisse dépasse donc aujourd’hui largement les frontières régionales avec une reconnaissance nationale. Quelle est l’étape suivante ? Avez-vous des projets à l’international ?

PD : La richesse des collections du Musée Matisse fait qu’il est aujourd’hui très sollicité par de nombreux musées du monde entier. A Copenhague, une exposition sur « Matisse et les Esquimaux », à la National Gallery à Londres en ce moment-même certaines de nos œuvres voisinent avec celles du Musée d’Orsay ou de Beaubourg. Et le 12 juillet, une véritable première sera inaugurée à Johannesburg : à notre initiative, la 1ère exposition consacrée à Matisse sur le continent africain : plus de 80 œuvres, venues du Cateau bien sûr mais aussi de Nice, d’Orsay ou de collections privées. Air France, Atout France, des grandes entreprises sont partenaires. La presse est dithyrambique et l’impact médiatique énorme nous a ouvert de nouvelles portes : ainsi nous sommes par exemple invités à intervenir dans un colloque sur Matisse à Philadelphie.

NPDC T : Vous avez également des responsabilités dans l’association régionale des conservateurs de musées. C’est important pour vous cette possibilité de mise en réseau des initiatives dans la « Région des musées » ?

PD : Je présidais l’association Nord-Pas de Calais des conservateurs de musées. Nous avons récemment fusionné avec l’association des conservateurs de Picardie et notre association régionale des conservateurs de musées des Hauts-de-France regroupe aujourd’hui 87 Musées de France. J’ai l’honneur de la présider, nos deux vice-présidents sont l’un Philippe Gayot, conservateur des musées de la communauté d’agglomération de la Porte du Hainaut, et l’autre Marion Kalt, directrice du service patrimoine de la ville de Creil-Musée Gallé-Juillet. Ce nouveau réseau de 87 musées représente une force de frappe culturelle et touristique exceptionnelle. Il présente tous les domaines artistiques et nombre d’établissements d’envergure internationale. Comme hier à l’échelle du Nord-Pas de Calais, nous développons un programme intégré d’expositions : « Guerre et Paix » va être poursuivie, « Heures Italiennes » étendue de la Picardie au Nord-Pas de Calais. L’une de nos priorités est de mettre en résonance nos activités de service au public et l’économie touristique.

(*)53 665 visiteurs en 2015

 

 

Photo P. Deparpe : Musée Départemental Matisse au Cateau-Cambrésis

Photo musée : Eric Lebrun/Light Motiv

Écrire commentaire

Commentaires : 0