Les territoires à vélo...

... itinéraires & composantes incontournables d’une politique vélo !

Les Départements et Régions Cyclables (DRC) proposent un dossier destiné à toutes les collectivités (celles qui aménagent et investissent ainsi que celles en charge de la valorisation et la promotion) s’interrogeant sur le vélo, aussi bien dans son mode utilitaire qu’à des fins touristiques.

Le dossier brosse rapidement les sources de financement, les types de route et les schémas dans lesquels elles s’inscrivent. Il indique que les régions et départements dépensent en moyenne 1,5 millions d’euros par an pour les politiques vélo.

Les Eurovéloroutes représentent aujourd’hui 15 itinéraires européens longue distance, soit à terme 70 000 km, dont 45 000 déjà aménagés. Un joli potentiel de voyages itinérants à travers l’Europe, dont un grand nombre traverse la France.
La pratique du vélo-tourisme génère 44 millions d’euros de retombées économiques en France. C’est également 655 000 emplois liés au marché du vélo !
Concernant les aménagements, se rendre au travail à vélo coûte 6 fois moins cher à la société que de s’y rendre en voiture. Le déplacement quotidien à vélo sur 10 km coûte 100€/ an à l’usager contre 1000 € /an pour les déplacements en voiture.

Pour toutes ces raisons, le vélo devient un enjeu d’avenir car il est une solution aux défis de qualité de l’air, ainsi qu’une solution aux problèmes de congestion et de sédentarité. Il booste l’économie, améliore le cadre de vie et permet de valoriser les territoires et leurs attraits touristiques.

Pour ceux qui ne seraient pas encore convaincus du bienfait et de l’utilité de son développement, le dossier, appuyés par des exemples, met en exergue 13 leviers, pour agir en montrant les enjeux et perspectives, à investir en faveur du déploiement du vélo.

Contact :
Maud Radigue - mradigue@cdt-nord.fr - 03 20 57 56 22

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    VAUGIN jean-pierre (samedi, 17 septembre 2016 06:48)

    il faudrait mieux entretenir les pistes cyclables , l'herbe envahit et réduit la largeur de la piste , des cailloux s'amoncellent dans certaines courbes , la conception des ronds points est mauvaise et différente de celle des belges qui est beaucoup plus sécurisante , on y entre sur une bande rouge et on ne marque plus d'arret, cette différence est source de danger