Le Pro du mois

Aude Cordonnier, la chef d’orchestre de MusVerre

Avec douceur et fermeté, Aude Cordonnier met en musique tous les acteurs de ce formidable projet, auquel elle croit dur comme… verre !
Le but, ouvrir, mais surtout faire rayonner bien au-delà de l’Avesnois, le nouveau musée du Verre de Sars-Poteries, le “MusVerre”.
 
Nord Tourisme (NT) : Vous avez pris les fonctions de Directrice du musée il y a un an, pourquoi ?
Aude Cordonnier (AC) : Pour des tas de raisons ! Pour la qualité exceptionnelle du projet architectural, pour l'ancrage du musée dans un petit village de 1 500 habitants, pour les œuvres exceptionnelles aussi, pour l'atelier qui est la quintessence du musée et parce que globalement, c'est un projet ambitieux à mener dans un contexte économique tendu... Un vrai challenge auquel je crois !
 
NT : Pouvez-vous nous en dire plus sur ce bâtiment que l'on promet grandiose ?
A.C : C'est un bâtiment de près de 4000m2 entièrement recouvert de pierre bleue. Partout à l'intérieur du musée, des points vitrés laissent entrevoir le bocage de l'Avesnois. En somme, le bâtiment et le territoire forment un tout... La grande qualité du projet architectural est d'avoir su intégrer le bâtiment dans la pente naturelle du terrain. A tel point que le musée dégage une impression de légèreté. Quoi de mieux pour mettre en valeur des œuvres de verre ?
 
NT : De l'ancien au nouveau musée, quels sont les changements notoires ?
A.C : Un changement de braquet ! A ses débuts, le musée a vécu une aventure passionnée, liée à son fondateur, Louis Mériaux. Le nouveau musée apporte un nouvel élan et un changement d'échelle. Mais le nouveau musée s'appuiera sur l'histoire passée pour garder ses valeurs et sa spécialité. L’exaltation du départ a peu à peu laissé place au fonctionnement quotidien.
 
NT : Est-ce complexe d'étendre la renommée du verre ?
A.C : Le verre est un matériau magique et séduisant, un matériau vivant. Il met en œuvre deux dimensions : la technique et la créativité. Le milieu du verre est plutôt isolé par rapport aux arts plastiques, notamment en France, il gagnerait à être mieux connu. Nous comptons donc ouvrir le champ des possibles ! Mixer le verre avec l'architecture, le design,... Pour l'ouverture du musée, et dans les années à venir, nous allons inviter des artistes qui ne sont pas des praticiens du verre mais des artistes qui « traversent le verre » et permettent d'élargir le champ du musée. Par ailleurs, je souhaite que la collection soit amenée au plus près des habitants à travers des expositions mobiles.
 
NT : Quel regard portez-vous sur ce territoire Avesnois ?
A.C : L'Avesnois est un pays d'une grande richesse patrimoniale et naturelle qui dispose de réelles potentialités touristiques ne demandant qu'à être confortées, une destination en devenir avec de sérieux atouts mais qui reste trop méconnue. Il souffre malheureusement de son enclavement et a connu de grandes difficultés sociales et économiques, mais le musée peut contribuer avec les autres forces culturelles et les prestataires touristiques comme relais et partenaire bien entendu, à son développement et à son rayonnement….  Le Verre comme nouveau souffle en quelque sorte ! C'est pour cela que je fais ce métier ! Pour monter un projet culturel avec une population, pour lui permettre de se reconnaître, d'être actrice de son destin. J'ai conscience que c'est un lourd défi, mais mon expérience acquise à Lille et à Dunkerque autour de la politique de la ville pourra être mise à profit. Ce sera un travail de longue haleine que de parvenir à ce que la population se sente associée au projet jusqu'à se l'approprier. Ce travail avec le territoire était la condition sine qua non de mon arrivée, alors je vais m'y employer avec toute mon énergie.
 
NT : Quelle sera la clef du succès ?
A.C : Que cet équipement soit reconnu comme partie prenante du territoire. Le musée peut être un formidable levier de développement touristique, économique, social et de mobilité. Pour cela, nous allons travailler en étroite collaboration avec les élus locaux et mettre autour de la table les acteurs économiques, sociaux, culturels... afin de travailler à une programmation commune, de proposer des circuits voire des séjours à la carte dans l'Avesnois et créer des synergies au service du développement social et économique.
 
NT : Quel rayonnement ambitionnez-vous pour le nouveau musée ?
A.C : La première cible est l'euro-région : Belgique, Luxembourg, Pays Bas pour des courts séjours. La deuxième cible est la nouvelle région Hauts de France et la métropole Lilloise, auxquelles nous proposerons une offre touristique de proximité. La troisième cible est internationale : elle concerne plus particulièrement les spécialistes et les amateurs du verre, notamment en Europe Centrale, en Italie, en Scandinavie, aux USA et au Japon. Nous entendons nous appuyer fortement sur les réseaux sociaux pour développer notre notoriété.
 
NT : A quelque jours de l'ouverture, dans quel état d'esprit êtes-vous ?
A.C : Je suis tous azimuts ! L'inauguration est prévue le 30 septembre et l'ouverture au public le 1er octobre, c'est la dernière ligne droite ! Je vis des journées à 200 à l'heure mais l'envie et la motivation sont toujours là …  et je sais pouvoir m’appuyer sur une équipe dynamique !
Je vous donne rendez vous au MusVerre très vite !

© HOUZ2516

Écrire commentaire

Commentaires : 0