Le Pro du mois

Bruno BLUCHEAU, directeur de la station touristique du ValJoly

Maison du Tourisme (MDT) : Quoi de neuf au ValJoly ?


Bruno Blucheau (BB) :

Le ValJoly est un très bel équipement qui offre à diverses clientèles des services en hébergement, restauration et en activités de loisirs. Nos clients sont principalement des touristes originaires des Hauts de France ou venant de la région parisienne, de la Belgique ou des Pays-Bas.
Le sport et les loisirs de nature caractérisent le positionnement fort de la station. Nous accueillons à la fois de nombreux scolaires pour pratiquer les sports de nature et découvrir notre environnement (près de 6 000 jeunes accueillis en 2016) mais aussi des évènements qui ont du succès comme le Trail (1 500 coureurs et marcheurs), l’Open VTT (800 participants), de nombreuses randonnées, …
Le travail de ces dernières années s’est concentré principalement sur deux axes :
- l’optimisation du fonctionnement de la station en réduisant les charges et en augmentant les recettes afin de réduire la contribution départementale nécessaire à l’équilibre budgétaire de la station.
- l’implication de la station dans la construction et la vente d’une offre plus large pour nos clients incluant des visites du territoire. Nous proposons en effet la découverte d’équipements valorisant les produits identitaires du territoire (chèvrerie, ferme hélicicole, fabrique de Maroilles, de bière, …) ou valorisant le patrimoine (écomusée, le château de Chimay, le familistère de Guise, le Fort Leveau ou le Musverre).


MDT : Quel est le mode de réservation privilégié par vos clients ?


BB : La vente de nos offres, tout comme celle d’offres complémentaires passent par un développement permanent de nos outils web : vente en ligne avec notre partenaire Awoo en lien avec Nord Tourisme, application mobile, web 2.0/3.0, …
C’est aujourd’hui une réalité, tous nos clients sont connectés et nous développons aussi notre présence sur les réseaux sociaux tels que Twitter, Instagram ou Facebook (3 000 abonnés en 2015 et plus de 20 000 aujourd’hui).


MDT : Comment arrivez-vous à faire vivre les sports de nature sur un site protégé comme le ValJoly ?


BB : Ce n’est pas toujours simple et j’ai parfois l’impression qu’on met un scarabée ou un oiseau à l’égal de l’homme (Lol !) et les contraintes qui s’imposent aux organisateurs de manifestations sur le site sont de plus en plus importantes au risque d’en décourager un bon nombre.
Mais la nature est un élément fort de notre territoire, le « fond de commerce » du ValJoly qu’il faut bien sûr préserver tout en développant de l’activité et donc de l’économie.
Nous prévoyons en 2018 d’ouvrir une maison des sports et de la nature en lieu et place de la Base Nautique actuelle qui aura pour objet la découverte des sports de natures mais aussi de notre environnement et de ses différents classements (Natura 2000, ZNIEFF 1, ZNIEFF 2. ZICO, ZPS …).


MDT : Pour clore cet entretien, avez-vous une anecdote récente que vous souhaiteriez partager ?


BB : J’ai découvert l’existence du « crapauduc » ! J’ai cru dans un premier temps qu’il s’agissait d’une blague, mais non ! Il s’agit d’un aménagement spécial pour faire passer les crapauds, notamment la nuit, pour la traversée de la route départementale par les amphibiens.

Écrire commentaire

Commentaires : 0